Prévisions financières 2014-2015 : stabilisation confirmée du déficit de l’Assurance chômage

Publié le 29 sep. 2014
Type de contenu
  • Communiqué de presse

Le 29 septembre, le Bureau de l’Unédic a adopté de nouvelles prévisions financières pour l’Assurance chômage sur les années 2014 et 2015. L’exercice de prévision est fondé sur des anticipations de croissance revues à la baisse : + 0,5% pour 2014 et + 1,1% en 2015 (Consensus des économistes de septembre 2014). L’Unédic confirme la tendance de ses prévisions financières de mai 2014 : le déficit de l’Assurance chômage serait de 3,8 Mds d’€ pour 2014 et de 3,5 Mds d’€ pour 2015.

En 2014, le déficit de l’Assurance chômage serait de 3,8 Mds d’€

En raison d’une faible croissance sur l’année, l’emploi reculerait en 2014. Les pertes d’emplois affiliés à l’Assurance chômage seraient de -46 000. Les recettes de contributions augmenteraient modérément en 2014 sous l’effet conjugué de la progression de la masse salariale (+1,5%) et de la convention d’assurance chômage de mai 2014 (taux de contribution pour les intermittents du spectacle et contributions des salariés de plus de 65 ans).

93 000 demandeurs d’emploi de plus seraient indemnisés, dont 82 000 du fait des nouvelles mesures (règles de cumul). Les dépenses d’allocations augmenteraient de +0,5% sur l’année.

Le déficit de 2014 s’élèverait à 3,8 Mds d’€, portant la dette cumulée à 21,4 Mds d’€ en fin d’année. Sans les effets de la convention 2014, le déficit aurait été supérieur de 300 millions d’€.

En 2015, le déficit de l’Assurance chômage se stabiliserait à 3,5 Mds d’€

Avec une croissance de +1,1% pour 2015 et l’effet des politiques publiques, l’emploi affilié à l’Assurance chômage progresserait légèrement : +27 000 postes. Dans un contexte de faible inflation, l’évolution de la masse salariale ralentirait (+1,2%) ; les recettes de contributions progresseraient de +1,5% en 2015.

Le chômage indemnisé augmenterait de +74 000 personnes et les dépenses d’allocations de +0,4% sur l’année.

Le déficit s’élèverait ainsi à 3,5 Mds d’€ pour 2015, et l’endettement atteindrait 24,9 Mds d’€ en fin d’année. Sans les effets de la convention de mai 2014 le déficit de l’année 2015 aurait été supérieur de 830 millions d’euros.