Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ? Une étude de l'Unédic

Publié le 30 avr. 2013
thématiques :
Type de contenu
  • Communiqué de presse

L’hétérogénéité des formes d’emploi se reflète dans la diversité des profils des allocataires de l’Assurance chômage. Dans son étude « Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ? », l’Unédic analyse les caractéristiques et les trajectoires des 2,4 millions de chômeurs indemnisés à la fin de l’année 2011. Cette première édition approfondit la compréhension de cette population, qui reflète désormais l’hétérogénéité croissante du marché du travail. Certains résultats interrogent des idées reçues sur le chômage.

La population des allocataires reflète l’importance des contrats courts sur le marché du travail

Les allocataires, reflet de la dualité du marché du travail

Ces dernières années, le développement des contrats courts et de l’intérim a sensiblement modifié la structure du marché du travail. Cette évolution s’illustre nettement parmi les allocataires de l’Assurance chômage.

Plus de la moitié des allocataires se sont inscrits après une fin de CDD ou de mission d’intérim (51,0%).

Les demandeurs d’emploi en activité réduite – qui travaillent et sont à la recherche d’un emploi au cours du même mois – représentent chaque mois 1,2 million de personnes. Parmi eux, plus d’1 sur 2 est indemnisé chaque mois (54%).

Présentation de l'étude Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ?

Présentation de l'étude "Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ?" publiée le 30 avril 2013 par Cécile Laffiteau, Chargée d'études, Jean-Paul Blouard, Chargé de mission et Pierre Cavard, Directeur des Etudes et Analyses de l'Unédic.

Des stéréotypes sur le chômage remis en cause

Les licenciés représentent un tiers des allocataires

En effet, les chômeurs indemnisés proviennent à 32,0% des licenciements, dont seulement 10,8% de licenciements économiques. Les demandeurs d’emploi indemnisés perdent leur emploi majoritairement dans le secteur du commerce, des transports et de l’hôtellerie (28,9%), dans les activités de services administratifs et de soutien (19,4%), et dans l’administration publique, l’enseignement et la santé (16,8%). Enfin, près d’un quart des allocataires travaillaient à temps partiel avant de perdre leur emploi (23,2%).

Pour aller plus loin  ⇒ Consulter l'étude complète "Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ? Vue d'ensemble et profils types"

 

6 profils d’allocataires qui illustrent la diversité des situations de chômage indemnisé.

Lier caractéristiques personnelles et trajectoires des allocataires

Six groupes émergent de l’analyse de données, aussi différents les uns des autres et composés d’allocataires aux caractéristiques les plus homogènes possible à l’intérieur de chaque groupe :

  • 23,2% des allocataires sont issus du temps partiel, un groupe féminin à 74,1%, contre 49,2% pour l’ensemble des allocataires.
     
  • Les licenciés à temps plein, souvent confrontés au chômage de longue durée représentent 26,0% des allocataires. Ils sont plus âgés que la moyenne des allocataires et restent plus longtemps au chômage : 34,0% ont 50 ans et plus (contre 22,6% dans la population générale) ; plus d’1 sur 3 est chômeur de longue durée (1 sur 4 pour l’ensemble des allocataires).
  • Les allocataires après une rupture conventionnelle ou un départ volontaire pèsent pour 10,6% des allocataires. Les 25-­‐49 ans y sont sur représentés à 71,1 % pour 61,9 % sur l’ensemble des allocataires.
     
  • Les fins de CDD à temps plein, qui connaissent des trajectoires distinctes selon leur niveau de diplôme comptent pour 20,3% des allocataires. Ils sont plus jeunes que la moyenne (35,1 % contre 15,5 % dans l’ensemble) et sont moins longtemps indemnisés (84,9 % sont indemnisés depuis moins d’un an contre 75,0% dans la population)
     
  • 13,5% des allocataires sont intérimaires, un groupe masculin à 71,3% contre 50,8% pour l’ensemble des allocataires et plus jeune (22,5 % ont moins de 25 ans contre 15,5 % dans l’ensemble).
     
  • Les intermittents du spectacle, majoritairement implantés en Île­‐de­‐France représentent 3,6% des allocataires. Ce sont en majorité des hommes (68,6% contre 50,8% pour l’ensemble des allocataires) et ils sont particulièrement concentrés sur la région parisienne (49,3% contre 17,5% pour l’ensemble des allocataires).