Les partenaires de l'Unédic

Publié le 04 fév. 2013
thématiques :

L'Unédic travaille en liaison étroite et régulière avec ses partenaires et les instances de débat et de réflexion sur l'emploi et la protection sociale.

L’Unédic participe à la réflexion des acteurs du marché du travail et de l’emploi

L’Unédic se met en position d’éclairer l’ensemble des acteurs et des observateurs sur les évolutions du marché du travail.

Par son action et les études qu’elle réalise, l’Unédic participe au cercle vertueux d’amélioration de l’Assurance chômage, en explicitant le sens de son action et en partageant régulièrement ses informations sur la performance du système. L’Unédic répond aux demandes d’information de l’Assemblée nationale, du Sénat, du Conseil économique et social, de la Cour des comptes, de l’OCDE et de nombreux interlocuteurs institutionnels ou professionnels, français ou étrangers.

Nombreuses rencontres et auditions ont lieu sur des thèmes aussi variés que la compétitivité et l’investissement, la formation professionnelle ou l’emploi des jeunes.

Partenaires

Membre du Conseil d'Orientation pour l'Emploi (COE) et du Conseil National de l'Emploi (CNE), des représentants de l'Unédic y partagent des réflexions sur le marché du travail et le chômage.

L'Unédic est membre du Groupement d'Intérêt Public sur la modernisation des données sociales (GIP-MDS) au sein duquel elle représente l'Assurance chômage, notamment dans le cadre du projet national de la Déclaration Sociale Nominative (DSN) dont la vocation est la dématérialisation des déclarations sociales.

Dans le champ de la protection sociale toujours, l'Unédic est partie prenante des travaux sur les normes en relation avec les données sociales. À ce titre, elle participe au Comité de la Norme avec les autres organisations de la protection sociale et au Comité de Normalisation sur les normes comptables publiques.

Sur le terrain de la lutte contre la fraude, l'Unédic est membre du Conseil national de Lutte contre la Fraude.  L'Unédic est partenaire également de l'Institut des Hautes Etudes de la Protection Sociale.

Partenariat avec la Chaire de sécurisation des parcours professionnels

Coopération avec le monde de la recherche sur les thématiques du travail et de l’emploi.

Le Bureau de l’Unédic signe un partenariat avec la Chaire de sécurisation des parcours professionnels, le 24 octobre 2012. Composée d’une équipe pluridisciplinaire de chercheurs de Sciences-Po, de l’Ensae et du CREST, cette chaire conduit des travaux en coopération avec le monde de la recherche sur les thématiques du travail et de l’emploi.

Un renforcement des connaissances et l’analyse de la dualité du monde du travail.

À travers ce partenariat, l’Unédic souhaite s’impliquer dans des travaux originaux de recherche à long terme et disposer de synthèses sur des thématiques liées à l’Assurance chômage et aux évolutions du marché du travail. C’est aussi l’opportunité de proposer à la communauté des chercheurs des sujets proches des préoccupations de l’Unédic comme le renforcement des connaissances et l’analyse de la dualité du monde du travail.

Apporter et partager des éclairages sur l’emploi et le chômage

L’Unédic réalise plusieurs études dont elle partage les résultats avec partenaires, experts, parlementaires ou journalistes.

L’activité réduite est un thème d’étude important  dans la mesure où elle concerne près d’un demandeur d’emploi sur deux. L’Unédic tient à consacrer une enquête à ce phénomène en constant accroissement. L’objectif des partenaires sociaux est atteint : la possibilité de cumul permet aux demandeurs d’emploi qui exercent une activité réduite de mieux se reclasser dans l’emploi que la moyenne des demandeurs d’emploi.

Par ailleurs, une comparaison européenne des systèmes d’assurance chômage met en exergue les différences entre 12 pays en termes d’accès à l’indemnisation, de durée, de montant ou de mode de calcul des droits. S’il faut 4 mois de travail en France pour être indemnisé, le Luxembourg et les Pays-Bas en exigent 6 et plusieurs autres états 12. La durée d’indemnisation peut atteindre 38 mois aux Pays-Bas, 24 mois au Danemark, entre 24 et 36 mois en France ou encore au maximum 12 mois en Italie ou en Irlande. Partout, le montant de l’indemnisation est plafonné.

Des matinées avec l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis) permettent aussi d’échanger sur ces études ou du chômage partiel en France.