L'Unédic

En quoi les partenaires sociaux sont-ils experts du système ?

En synthèse

Grâce à leur bonne connaissance des entreprises et du marché du travail, les partenaires sociaux orientent les décisions de gestion et les services de l’Unédic transforment ces décisions en règles applicables aux demandeurs d’emploi et aux employeurs.

Au niveau local, les partenaires sociaux suivent la mise en œuvre de cette réglementation et font remonter les besoins d’ajustements à travers les instances paritaires régionales (IPR).

160 000 DOSSIERS INDIVIDUELS
examinés par les IPR en 2020
En détails

L’Unédic est une association pilotée par les partenaires sociaux. Forts de leur proximité avec le terrain, leur connaissance des entreprises et leur vision à long terme du marché du travail, ils négocient les règles d’assurance chômage et veillent à leur bonne application.

Les instances de décision, comme le Bureau et le Conseil d’Administration, sont composées à parité par des représentants de salariés et d’employeurs.

Grâce à leur bonne connaissance des entreprises et du marché du travail, les partenaires sociaux orientent les décisions de gestion en tenant compte des attentes réelles exprimées par les salariés, les employeurs et les demandeurs d’emploi.

Et les services de l’Unédic transforment ces décisions en règles applicables aux demandeurs d’emploi et aux employeurs. Cette conjonction de compétences est particulièrement vertueuse pour la gestion du régime.

L’expertise de l’Unédic s’exprime à travers les nombreux travaux de suivi et d’évaluation : études d’impact des réformes, suivi et évaluation des dispositifs et des règles d’assurance chômage, prévisions financières à 3 ans réactualisées trois fois par an, travaux d’audit et contrôle des opérateurs comme Pôle emploi pour veiller à la bonne application des règles… Toute cette production de connaissance éclaire au quotidien les décisions des partenaires sociaux.

Au niveau local, les partenaires sociaux suivent la mise en œuvre de cette réglementation et font remonter les besoins d’ajustements à travers les instances paritaires régionales (IPR), composées d’un millier de partenaires sociaux mandatés dans les régions. Ces IPR statuent également de manière dérogatoire sur des situations individuelles, quand l’application stricte des règles entraîne des difficultés pour certains demandeurs d’emploi ou freine leur retour à l’emploi.