Aller au contenu principal de la page

Une gestion paritaire, de la négociation à l’application

Responsables de l’Assurance chômage, les partenaires sociaux se composent des organisations représentatives au niveau national et interprofessionnel :

Représentants des salariés via les syndicats :

  • CFDT
  • CFE-CGC
  • CFTC
  • CGT
  • FO

Représentants des employeurs, via les organisations patronales

  • Medef
  • CPME
  • U2P

Photo Bruno MAZODIER-4591.jpg

Le rôle des partenaires sociaux - Assurance chômage - JANVIER 2019.jpg

Le paritarisme, un atout pour la vie économique et sociale

Un engagement de transparence de la gouvernance 

Dans leur pilotage de l’Assurance chômage, les partenaires sociaux appliquent les principes de gouvernance qu’ils ont définis dans l’accord de modernisation du paritarisme. Signé en 2012, cet accord réaffirme la vocation du paritarisme de gestion : garantir la qualité du service aux bénéficiaires et faciliter la négociation collective.

Parmi les principes qu’il définit figurent la transparence et l’évaluation de l’efficacité du service proposé. Ils se traduisent au quotidien dans la gouvernance de l’Unédic et dans ses modes de fonctionnement.

Une forte proximité avec les réalités de l’emploi

Les partenaires sociaux sont en prise directe avec les réalités du terrain. Pour piloter l’Assurance chômage, ils s’appuient sur un dialogue constructif et responsable pour prendre des décisions adaptées et équilibrées tenant compte des attentes et des intérêts respectifs des salariés et des employeurs.

A travers des instances paritaires régionales et territoriales (IPR/IPT), les partenaires sociaux suivent également au niveau local la mise en œuvre de la réglementation d’assurance chômage et font remonter les besoins d’ajustements. Ces instances statuent de manière dérogatoire sur des situations individuelles quand l’application stricte des règles entraîne des difficultés pour certains demandeurs d’emploi ou freine leur retour à l’emploi. L’Unédic dispose ainsi d’un point d’ancrage local grâce à son réseau (lPR/IPT), qui lui permet de connaître les besoins pouvant s’exprimer dans chaque bassin d’emploi.