Actualité

Assurance chômage : on refait le point. Quelles évolutions au 1er novembre ?

28 octobre 2019
Suite au décret du 26 juillet 2019, de nouvelles règles d’Assurance chômage entrent en vigueur. À partir du 1er novembre, les premières mesures qui en sont issues s’appliquent. Elles concernent : les conditions d’accès à l’indemnisation, le rechargement des droits, la dégressivité de l’allocation et l’indemnisation élargie à de nouveaux publics - les travailleurs indépendants et les démissionnaires poursuivant un projet de reconversion professionnelle.

Les autres mesures issues du décret du 26 juillet entreront en vigueur en plusieurs étapes : au 1er janvier 2020, au 1er avril 2020 et au 1er avril 2021.

Les conditions d’accès à l’indemnisation

À partir du 1er novembre, les demandeurs d’emploi devront avoir travaillé au moins 6 mois (soit 130 jours ou 910 heures) dans les 24 derniers mois (36 derniers mois pour les plus de 53 ans) pour ouvrir des droits à l’indemnisation du chômage.

Les demandeurs d’emploi dont la dernière fin de contrat a eu lieu avant le 1er novembre restent sous le régime de la convention précédente. Pour avoir accès aux allocations chômage, il leur faut avoir travaillé 4 mois au cours des 28 derniers, 36 derniers mois pour les plus de 53 ans.

Ainsi, un salarié dont le dernier contrat de 4 mois se termine avant le 1er novembre 2019 pourra percevoir des allocations chômage.

schema_1_conditions_acces_chomage

En revanche, si la fin de son contrat de 4 mois intervient à partir du 1er novembre 2019, le demandeur d’emploi devra justifier d’une durée de travail au moins égale à 6 mois. Si ces conditions d’affiliation minimales de 6 mois ne sont pas réunies, la demande d’allocation sera rejetée par Pôle emploi.

schema 2 conditions acces assurance chomage

Le rechargement des droits

La période minimale de 6 mois de travail s’applique aux rechargements de droits à partir du 1er novembre.

  • Avant cette date, il fallait travailler 150 heures (1 mois) pendant sa période d’indemnisation pour recharger ses droits au chômage.
  • À partir du 1er novembre, 6 mois de travail (soit 130 jours ou 910 heures) sont nécessaires pour recharger ses droits.

Si le dernier jour du dernier contrat de travail est antérieur au 1er novembre 2019, un demandeur d’emploi qui a travaillé 150 heures (1 mois) pendant sa période d’indemnisation peut recharger ses droits pour une durée équivalente d’1 mois.

Schema 1 rechargement des droits au chomage

Si le dernier jour du dernier contrat de travail intervient après le 1er novembre 2019, le demandeur d’emploi devra alors justifier d’une durée de travail au moins égale à 6 mois. Si ce n’est pas le cas, le rechargement des droits ne peut pas être effectué, il ne percevra pas d’allocation chômage.

Schema 2 rechargement des droits au chomage

La dégressivité de l’allocation dès 4500€ brut de salaire mensuel moyen

À partir du 1er novembre 2019, une baisse de l’allocation chômage s’appliquera au 7ème mois d’indemnisation des demandeurs d’emploi qui perçoivent une allocation journalière dépassant 84,33€ (soit un salaire antérieur mensuel supérieur à 4500€ brut en moyenne).

Après 6 mois d’indemnisation (182 jours) versée à taux plein, les demandeurs d’emploi concernés percevront une allocation réduite de 30%.

Cette allocation ne pourra pas être inférieure à 2261€ nets.

Les demandeurs d’emploi dont le montant de l’allocation journalière est situé entre 84,33€ et 120,47€ percevront une allocation journalière plancher de 84,33€ (soit 2261 €nets mensuel).

Au-delà d’un montant d’allocation journalière de 120,47 €, la baisse de 30 % de l’allocation journalière sera appliquée.

Cette baisse de l’allocation ne concerne pas les demandeurs d’emploi de plus de 57 ans.

L’ouverture d’une indemnisation forfaitaire pour les indépendants

Au 1er novembre 2019, les travailleurs indépendants ayant cessé leur activité, peuvent bénéficier de l’ATI (Allocation des Travailleurs Indépendants). Son montant forfaitaire de 800 € leur sera versé pendant une période de 6 mois.

Pour la percevoir, 5 conditions sont nécessaires :

  • avoir exercé une activité non salariée pendant 2 ans en continu ;
  • avoir cessé son activité pour cause de liquidation ou de redressement judiciaire ;
  • justifier au minimum de 10 000 € de revenus annuels perçus au titre de cette activité les deux dernières années ;
  • percevoir des revenus personnels inférieurs au RSA ;
  • être à la recherche effective d’un emploi. 

L’ouverture de droits au chômage pour les salariés qui démissionnent

À partir du 1er novembre 2019, les salariés qui démissionnent pour se lancer dans une reconversion professionnelle peuvent bénéficier des allocations chômage. Le projet devra soit être une création ou une reprise d’entreprise, soit nécessiter une formation.

Plusieurs conditions doivent toutefois être remplies pour être éligible au dispositif :

  • avoir travaillé pendant 5 ans en continu, avant de démissionner ;
  • solliciter, avant de démissionner, un conseil en évolution professionnelle (CEP) ;
  • porter un projet dont le caractère réel et sérieux devra être validé par la commission « Transitions pro » de sa région ;
  • s’inscrire à Pôle emploi dans les 6 mois suivant la validation du projet par cette commission. Lorsque les conditions minimales d’affiliation sont remplies, Pôle emploi verse l’allocation au demandeur d’emploi selon ses salaires antérieurs.

Les prochaines étapes de la réforme

Le calendrier des prochaines étapes de la réforme prévue par le décret du 26 juillet est prévu dans cet ordre : 

  • Janvier 2020 : entrée en vigueur de nouvelles mesures d’accompagnement mises en œuvre par Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi.
  • Avril 2020 : modification des règles de calcul de l’allocation chômage.
  • Janvier 2021 : entrée en vigueur du bonus-malus pour les entreprises ayant recours aux contrats courts

Ne manquez pas les actualités de l'Unedic

Recevez une alerte par email à chaque nouvelle actualité publiée.

Contact presse

Service presse
+33 1 44 87 64 84