Assurance chômage, comment ça marche ?

Qui finance les allocations chômage ?

Les allocations chômage sont financées par des cotisations versées par l’employeur pour assurer ses salariés en cas de chômage. Tous les secteurs et toutes les professions mettent en commun leurs cotisations ; ainsi l’Assurance chômage bénéficie de la même manière à tous les salariés.

4,05 % du salaire brut sont versés à l’Assurance chômage

Pour chacun de ses salariés, l’employeur verse à l’Assurance chômage des cotisations, calculées en fonction du salaire brut, dans la limite d’un plafond.

Cette cotisation s’élève à 4,05 % du salaire brut. En complément, l’État participe au financement de l’Assurance chômage, en remplacement de la cotisation salariale qui est supprimée depuis le 1er janvier 2019.

Dans certains cas, la cotisation de l’employeur peut être majorée ou minorée.

Seuls les intermittents du spectacle ont un taux de cotisation spécifique. Par exception, pour les intermittents du spectacle et certains salariés expatriés, la cotisation salariale est maintenue et s'élève à 2,40% du salaire brut.

LE SAVIEZ-VOUS ?

En situation de crise économique et de chômage élevé, il arrive que l’Assurance chômage ne reçoive pas assez de cotisations pour financer les allocations et pour couvrir ses autres dépenses (points de retraite complémentaire des chômeurs, financement du budget de Pôle emploi). Pour combler la différence, l’Unédic emprunte sur les marchés financiers.

En savoir plus

Cotiser, c’est être protégé en fonction de son salaire

L’Assurance chômage fonctionne comme toutes les assurances : pour un salarié, plus les cotisations versées sont élevées, plus son allocation sera élevée en cas de chômage.

Le montant des cotisations et des allocations est néanmoins plafonné : la part du salaire qui est soumise à cotisation est limitée à 4 fois le plafond de la sécurité sociale.

Votre avis nous intéresse

Cette information vous est-elle utile ?
Pourquoi cette information ne vous a pas été utile ?