Tableaux de bord
27 janvier 2021
Par
Unédic
Le Contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné à certains licenciés économiques. Ses règles ont évolué en février 2015, avec la convention du 26 janvier 2015. Pour suivre ces mesures, l’Unédic produit des indicateurs trimestriels. Cette édition présente des résultats détaillés jusqu’au 2ème trimestre 2020.

Toutes les données du CSP sur data.unedic.org

Pour aller plus loin, consultez l'intégralité des données des différents indicateurs de suivi du CSP sur l'espace dédiée aux données data.unedic.org.

En savoir plus

Principaux constats au 2ème trimestre 2020

En moyenne 52 400 personnes sont indemnisées en CSP à fin juin 2020. En tendance, ce nombre est en baisse depuis mi-2015, s’expliquant par une baisse des entrées en CSP (en moyenne 6 000 entrants par mois en 2018 contre 9 200 en 2015) combinée à une moindre durée passée en CSP : davantage d’inscrits passent moins de 12 mois en CSP (44% des stagiaires entrés en 2017 contre moins de 29% des stagiaires entrés en 2014). Sous l’effet de la prime de reclassement, les sorties vers l’emploi sont en effet plus nombreuses et plus précoces qu’auparavant.

Au 2ème trimestre 2020, environ 12 500 personnes ont adhéré au CSP, soit un peu plus de 4100 personnes par mois. Ce nombre est en nette baisse, par rapport à mi-2015, en lien avec la diminution du nombre d’inscriptions à Pôle emploi après un licenciement économique. Néanmoins, le nombre d’adhérents au CSP se stabilise depuis la fin de l’année 2017.

Fiche thématique sur le contrat de sécurisation professionnelle (CSP)

Depuis 2015, moins de formations en cours de CSP

Au début de la mise en œuvre du nouveau dispositif de CSP en 2015, une moindre part d’adhérents au CSP ont suivi une formation, en partie sans doute du fait des nouvelles conditions d’éligibilité et de la mise en place concomitante du compte personnel de formation (CPF). Le recours à la formation est ensuite remonté au 2ème semestre 2015 et début 2016. Globalement, le taux d’accès à la formation évolue, en partie, au gré des différents plans de formation, notamment plan 500 000 et aujourd’hui Programme d’investissement dans les compétences (PIC).

A noter qu’on semble observer une chute des entrées en formation pour les entrants en CSP durant le confinement (7,5 % pour les entrants du T2 2020).

Plus d’un stagiaire sur quatre bénéficie de la prime de reclassement

Une prime de reclassement est versée au bénéficiaire du CSP lors de la reprise d’un emploi d’au moins 6 mois avant la fin du 10ème mois passé dans le dispositif. Elle correspond à la moitié des droits restants en ASP (Allocation de sécurisation professionnelle) et est payée en 2 fois, à la reprise d’une activité durable, puis 3 mois après en cas de maintien dans l’activité.

En moyenne, plus d’1 bénéficiaire du CSP sur 4 perçoit la prime à la sortie de son CSP, un taux en légère augmentation depuis 2015 et en baisse sur le 2ème trimestre 2020 du fait de la crise de la Covid-19. Parmi ces bénéficiaires, la moitié d’entre eux reprennent un emploi durable en moins de 4 mois. En moyenne, le montant total de la prime est supérieur à 6 000 € brut ; il est relativement stable depuis début 2016.

Infographie - synthèse des indicateurs de suivi du CSP

LA NEWSLETTER DE L’UNÉDIC

Restez informé de l’actualité de l’Assurance chômage et des analyses de l’Unédic.

LES ALERTES INFOS DE L’UNÉDIC

Recevez une alerte mail à chaque nouvelle information publiée par l’Unédic (actualité ou publication).

Plus de publications