Chiffres clés
24 mai 2022
Par
Unédic
Le Contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné à certains licenciés économiques. Ses règles ont évolué en février 2015, avec la convention du 26 janvier 2015. Pour suivre ces mesures, l’Unédic produit des indicateurs trimestriels. Cette édition présente des résultats détaillés jusqu’au 1er trimestre 2022.

Toutes les données du CSP sur data.unedic.org

Pour aller plus loin, consultez l'intégralité des données des différents indicateurs de suivi du CSP sur l'espace dédiée aux données data.unedic.org.

Accéder aux données détaillées

Le nombre d’entrées en CSP se stabilise à un niveau plus bas qu’avant crise

Après une progression forte des entrées durant le second semestre 2020, le nombre d’entrées en CSP a rapidement décru en 2021 et semble se stabiliser à un niveau plus bas qu’avant crise, avec moins de 12 000 adhésions au CSP sur au 1er trimestre 2022, contre environ 18 000 auparavant, les entrées en CSP représentant 57 % des inscriptions à Pôle emploi pour motif de licenciement économique.

Fiche thématique sur le contrat de sécurisation professionnelle (CSP)

Un nombre de bénéficiaires indemnisés en CSP en nette baisse

Conséquence de la baisse des entrées et de la reprise, le nombre de bénéficiaires indemnisés en CSP diminue rapidement courant 2021 et début 2022 pour retrouver un niveau bien inférieur à ce qu’il était avant la crise : fin mars 2022, on en dénombre ainsi environ 38 000 personnes en CSP contre 70 000 au pic fin 2020 et 56 000 fin 2019

L’accès à l’emploi en cours de CSP reste inférieur à 2019

Sous l’effet de la crise, l’accès à l’emploi en cours de CSP a été fortement ralenti durant le premier confinement, ce qui a affecté les bénéficiaires entrés en CSP entre fin 2019 et début 2020.

Ensuite, l’accès à des périodes d’emploi s’est amélioré en 2021 mais reste toutefois inférieur au niveau observé depuis 2015. Avant 2019, environ un bénéficiaire sur trois travaillait en cours de CSP, alors que parmi les entrants au premier trimestre 2021, environ un quart travaille pendant son CSP.

Les entrées en formation se stabiliseraient à un niveau haut sur la dernière période

Les entrées en formation ont été plus nombreuses pendant la période de crise et courant 2021, avec une hausse observée pour les bénéficiaires entrants en CSP à partir du deuxième trimestre 2020.

Depuis le taux de recours des nouveaux entrants est à un niveau relativement haut - entre 30 % et 37 % selon les trimestres. En moyenne, la première formation en cours de CSP débute entre 5 et 6 mois après l’inscription à Pôle emploi et la durée moyenne passée en formation pendant le CSP est de 4 mois.

Ce taux d’accès à la formation varie beaucoup d’un trimestre à l’autre, en partie, du fait des calendriers d’entrée en formation mais aussi au gré des différents plans de formation, notamment le « Plan 500 000 » lancé en 2016 et depuis 2018 le Plan d’investissement dans les compétences (PIC).

Un recours à la prime en progression mais inférieur à 2019

Une prime de reclassement est versée aux bénéficiaires du CSP lors de la reprise d’un emploi d’au moins 6 mois avant la fin du 10e mois passé dans le dispositif. Cette prime correspond à la moitié des droits restants en ASP (Allocation de sécurisation professionnelle) et est versée en 2 fois, à la reprise d’une activité durable, puis 3 mois après en cas de maintien dans l’activité.

En moyenne, plus d’un bénéficiaire du CSP sur quatre perçoit la prime à la sortie de son CSP : ce taux a baissé parmi les adhérents entrés en 2020 du fait de la crise et des difficultés accrues sur le marché du travail.

Infographie - synthèse des indicateurs de suivi du CSP

LA NEWSLETTER DE L’UNÉDIC

Restez informé de l’actualité de l’Assurance chômage et des analyses de l’Unédic.

LES ALERTES INFOS DE L’UNÉDIC

Recevez une alerte mail à chaque nouvelle information publiée par l’Unédic (actualité ou publication).

Plus de publications