Études
05 juillet 2019
Par
Justine Ducroz
Florine Martin
Unédic
L’autonomie est un enjeu majeur des politiques publiques, notamment en matière de recherche d’emploi. Un demandeur d’emploi autonome a davantage de chances de retrouver un poste plus rapidement. Si cette notion est très utilisée notamment au sein du service public de l’emploi, sa définition n’est pas toujours perçue de la même manière. Pour documenter les partenaires sociaux sur cette question, l’Unédic a interrogé des demandeurs d’emploi sur leur conception de l’autonomie. Qu’est-ce qu’être autonome selon eux ? Comment l’autonomie est-elle définie par les demandeurs d’emploi ? Quels sont leurs besoins en matière d’accompagnement ?

Pourquoi l’autonomie est un levier essentiel des politiques publiques ?

La faculté d’autonomie est particulièrement encouragée par les politiques publiques de l’emploi. Dans un rapport de juillet 2018, la Cour des comptes plaide ainsi pour une plus grande autonomie des demandeurs d’emploi dans le choix de leur formation. Selon cette dernière, le demandeur d’emploi autonome bénéficie d’une meilleure insertion dans l’emploi.

Concernant cette notion-même d’autonomie, on constate différents usages du terme. Entre 2012 et 2014, l’évaluation de l’autonomie des demandeurs d’emploi avait pour objectif de proposer des solutions d’accompagnement aux chômeurs les moins autonomes.

Depuis 2015, l’appréciation de l’autonomie vise davantage à orienter les demandeurs d’emploi jugés les plus autonomes vers des parcours d’accompagnement moins intensifs. Ce public, jugé plus autonome, est aussi désigné comme le principal utilisateur de l’offre de services numériques.

Des perceptions de l’autonomie différentes selon les demandeurs d’emploi

Pour une majorité de répondants, l’autonomie correspond à la capacité de mener sa recherche d’emploi sans l’aide de son conseiller.

Mais en fonction de l’emploi recherché ou du secteur d’activité, les compétences mobilisées pour se passer de l’accompagnement d’un conseiller sont différentes. Ainsi, par exemple dans le secteur du BTP où le principal canal de recrutement est le bouche-à-oreille, un demandeur d’emploi peut être autonome sans maîtriser toutes les techniques du CV et de la lettre de motivation.

D’autres demandeurs d’emploi estiment que le degré d’autonomie est fonction du niveau d’études. Cette perception n’est pas non plus partagée par tous les demandeurs d’emploi interrogés. Certains considèrent en effet que les diplômes n’enseignent pas les techniques de recherche d’emploi.

Autonomie et compétences numériques : indissociables ?

Là encore, les réponses sont nuancées. Certains demandeurs d’emploi aux profils très connectés ne conçoivent pas la recherche d’emploi sans recourir aux outils numériques. Pour ces derniers, tout le processus de candidature depuis l’identification de l’offre jusqu’à l’envoi du CV et de la lettre de motivation se fait via Internet.

En revanche, les demandeurs d’emploi qui exercent un métier ne faisant pas appel aux compétences numériques ont tendance à minorer l’importance de ces outils dans leur recherche, sans pour autant estimer ne pas être autonomes.

L’autonomie, une attitude au-delà de la maitrise des compétences techniques

Au-delà de l’accompagnement, de la maîtrise des techniques de recherche d’emploi ou de l’appétence pour les outils numériques, l’autonomie est aussi corrélée pour les demandeurs d’emploi interrogés à une bonne connaissance de soi. Bien évaluer ses compétences, bien délimiter son projet professionnel, bien identifier ses aspirations, bien cerner les attentes des employeurs… Tout ce corpus de connaissances constitue un bagage incontournable pour atteindre l’autonomie.

Le facteur psychologique, plus difficilement objectivable, est aussi considéré comme une condition de l’autonomie. Certains demandeurs d’emploi indiquent que la motivation ou l’énergie sont des facteurs clés pour être autonomes.

Accompagner, quel que soit le degré d’autonomie

Même les demandeurs d’emploi qui s’estiment autonomes déclarent avoir besoin à certains moments d’un accompagnement. Qu’il s’agisse d’échanger avec un conseiller, d’améliorer ses techniques de recherche d’emploi, d’avoir un regard critique sur les démarches effectuées… les besoins exprimés sont différents, mais tous vont dans le sens d’une plus grande personnalisation de l’accompagnement.

 

Ne manquez pas nos publications

Recevez une alerte par email à chaque nouvelle publication.