Études

Le CSP, dix ans après sa création : quel bilan ? quels enjeux ?

29 juin 2021
Par
Unédic
Dix ans après sa création par les partenaires sociaux, le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) a fait la preuve de son efficacité en ce qui concerne le retour à l’emploi des licenciés économiques. L’éclairage de l’Unédic dresse le bilan du dispositif et présente les principaux enjeux, notamment pour faire face à la crise économique.

Un retour à l’emploi plus rapide

Mis en place en 2011, le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est un dispositif d’accompagnement destiné aux licenciés économiques des entreprises de moins de 1 000 salariés et des entreprises en liquidation ou redressement judiciaire. Conçu pour favoriser les reconversions professionnelles, le CSP propose un accompagnement intensif avec un conseiller dédié, un accès facilité à la formation et une indemnisation plus élevée que l’allocation d’aide au retour à l’emploi.

Dossier de référence sur le contrat de sécurisation professionnelle de juin 2021

Les différentes études réalisées par l’Unédic ont montré que cet accompagnement renforcé satisfait globalement les bénéficiaires et accélère leur retour à l’emploi. À profil similaire, les stagiaires du CSP sont en effet plus nombreux à être en emploi 18 mois après leur arrivée au chômage que les autres licenciés économiques ou d’autres demandeurs d’emploi ayant perdu un CDI.

Les effets de la crise de 2020

Après une baisse progressive des licenciements économiques, le nombre d’adhésions au CSP est reparti à la hausse. Au quatrième trimestre, on comptait 8 000 nouvelles adhésions par mois, contre 6 000 avant le début de la crise sanitaire. Compte tenu de la situation économique, cette augmentation risque de se poursuivre en 2021. Fin 2020, 69 000 personnes sont indemnisées en CSP, contre 55 000 fin février 2020.

La crise a aussi des effets sur le profil de ces nouveaux stagiaires. L’industrie manufacturière ainsi que les activités spécialisées, scientifiques et techniques (activités de siège social, ingénierie, agences de voyages, agences de publicité…) concentrent davantage de bénéficiaires du CSP avec la crise. À l’inverse, la construction est proportionnellement en net recul.

Enfin, la crise de la Covid-19 a limité les possibilités de reprise d’emploi. Depuis mars 2020, la part des stagiaires en emploi en fin de mois a baissé d’un tiers environ.

Davantage de besoins de formations attendus en sortie de crise

Les salariés des secteurs fortement impactés par la crise devraient être plus nombreux à se diriger vers une reconversion professionnelle, pour s’orienter vers une activité offrant davantage de débouchés immédiats. Ce phénomène de plus grand recours à la formation est souvent observé dans les périodes où l’accès à l’emploi est difficile. Dans ce contexte, favoriser les reconversions et les mobilités professionnelles est l’un des enjeux centraux du CSP pour accompagner les salariés licenciés…

LA NEWSLETTER DE L’UNÉDIC

Restez informé de l’actualité de l’Assurance chômage et des analyses de l’Unédic.

LES ALERTES INFOS DE L’UNÉDIC

Recevez une alerte mail à chaque nouvelle information publiée par l’Unédic (actualité ou publication).