Prévisions financières
25 octobre 2017
Par
Unédic
Thèmes :
Adoptées par le Bureau du 25 octobre 2017, ces prévisions anticipent la situation financière de l’Assurance chômage pour les années 2017 et 2018. Elles confirment que le déficit de l’Assurance chômage se réduirait en 2017 et 2018.

Les prévisions financières de l’Assurance chômage anticipent une réduction du déficit à partir de 2017, sous l’effet d’une conjoncture économique plus favorable et de la convention d’assurance chômage 2017, en vigueur depuis octobre 2017.

  • Le déficit de l’Assurance chômage serait de 3,8 Mds d’€ en 2017, puis de 3,3 Mds d’€ en 2018 (contre 4,3 Mds d’€ en 2016).
  • La dette de l’Assurance chômage serait de 33,8 Mds d’€ fin 2017 et de 37,1 Mds d’€ fin 2018. Sans la convention 2017, son niveau à fin 2018 aurait été supérieur de 0,6 Md d’€.

PRÉVISIONS FINANCIÈRES : MODE D'EMPLOI

Trois fois par an, l’Unédic réalise des prévisions financières pour anticiper les dépenses et recettes de l’Assurance chômage, afin d’organiser le paiement continu des allocations et des dépenses de l’Assurance chômage. Ces prévisions tiennent compte des informations et des hypothèses macroéconomiques connues à la date de l’actualisation des prévisions. Une fois par an, ces prévisions sont réalisées à horizon de 3 ans pour les « Perspectives financières », qui sont remises au Parlement et au gouvernement. Elles sont enrichies d’analyses sur les déterminants du solde financier de l’Assurance chômage.

Des recettes dynamiques en 2017 et 2018

Après avoir atteint 1,1 % en 2016, la reprise de l’activité économique accélère en 2017 avec 1,8 % de croissance du PIB, puis 1,7 % en 2018. Avec l’amélioration de la conjoncture et les effets des politiques d’emploi, 228 000 emplois affiliés à l’Assurance chômage seraient créés en 2017. En 2018, les créations d’emplois ralentiraient, avec 117 000 emplois affiliés de plus sur l’année.

Le renforcement de l’activité économique, l’inflation et l’augmentation des salaires soutiendraient la hausse de la masse salariale en 2017. En 2018, elle connaîtrait une augmentation plus modérée, en raison de créations d’emplois moindres. Cependant, compte tenu de l’entrée en vigueur au 1er octobre 2017 de la contribution exceptionnelle temporaire de 0,05%, la progression des recettes de contributions accélèrerait en 2017 et 2018 : respectivement de +3,2 % et de +3,3 %.

Le déficit diminuerait à 3,3 Mds d’€ en 2018

Fin 2017, le taux de chômage au sens du BIT atteindrait 9,5 % pour la France entière, puis il serait stable sur l’année 2018.

Le nombre de chômeurs indemnisés a augmenté au cours du 1er semestre 2017. Il se stabiliserait à partir des derniers mois de l’année 2017 puis au cours de l’année 2018. Ainsi, les dépenses d’allocations augmenteraient en 2017 et 2018 du seul fait de la progression des salaires des nouveaux entrants.

Au final, le déficit commencerait à diminuer : il serait de 3,8 Mds d’€ en 2017, il baisserait encore en 2018 pour atteindre 3,3 Mds d’€ (après un déficit de 4,3 Mds d’€ en 2016).

Ne manquez pas nos publications

Recevez une alerte par email à chaque nouvelle publication.