L'essentiel sur l'Assurance chômage

Qu’est-ce que l’Assurance chômage ?

Depuis 1958, l’Assurance chômage protège tous les salariés du privé et certains du secteur public lorsqu’ils perdent leur emploi. Elle leur verse une allocation et favorise leur retour à l’emploi grâce à des aides. Fonctionnant comme une assurance, elle les indemnise en fonction de leur ancien salaire. Mais elle est aussi solidaire, puisqu’elle mutualise les risques et compense mieux la perte d’un bas salaire que d’un haut revenu.

Une allocation en cas de perte d’emploi

L’Assurance chômage est une assurance obligatoire à laquelle cotisent tous les employeurs du privé ainsi que certains du public, pour protéger leurs salariés lorsqu'ils perdent leur emploi.

Ces cotisations représentent 4,05 % du salaire brut, à la charge de l’employeur. L'État participe également au financement de l'Assurance chômage. Depuis janvier 2019, ce financement prend la forme du versement d'une partie de CSG.

Grâce à ces ressources, les salariés qui perdent leur emploi de façon involontaire peuvent toucher un revenu sous forme d’allocation à condition d’avoir travaillé assez longtemps.

Cette allocation représente en moyenne 72 % de l’ancien salaire net. Elle peut durer jusqu’à 2 ans, 3 ans pour les plus de 55 ans.Qu'est-ce que l'Assurance chômage

1,8 million

d’employeurs cotisent à l’Assurance chômage

16,7 millions

de salariés sont affiliés à l’Assurance chômage

2,7 millions

de chômeurs sont indemnisés chaque mois

Rapport d’activité 2018 : l’Unédic au service de la gestion et de la décision

Des mesures pour favoriser le retour à l’emploi

Au delà des allocations, l’Assurance chômage incite aussi les chômeurs à reprendre un emploi et à développer leurs compétences.

En autorisant le cumul des allocations avec un salaire, en allongeant la durée des allocations si on travaille, en versant une partie des allocations sous forme de capital pour créer son entreprise ou en versant des allocations à ceux qui se forment pour favoriser leur reconversion.

Parce qu’elle reverse 10% des cotisations collectées à Pôle emploi, l’Assurance chômage soutient aussi ceux qui accompagnent les chômeurs vers leur retour à l’emploi.

L'Assurance chômage encourage-t-elle vraiment les chômeurs à retravailler ?

La retour à l’emploi des chômeurs soulève des questions. Que fait l’Assurance chômage pour encourager à retrouver du travail ? Quel est le principe du cumul allocation-salaire et des droits rechargeables ? Quelles sont les mesures pour les créateurs d’entreprise ? Comment se répartissent les rôles avec Pôle emploi ? Lara Muller, adjointe au directeur des études, répond.

 

 

37,1 milliards d’€

d'euros de cotisations

34,6 milliards d’€

d’allocations chômage versées en 2018

3,4 milliards d’€

pour le financement de Pôle emploi (63,5% de son budget annuel de fonctionnement)

3,5 milliards d’€

pour les points de retraite complémentaire des demandeurs d'emploi

Rapport financier 2018

Un système contributif et solidaire

L’Assurance chômage indemnise les personnes qui ont perdu leur emploi en proportion de leur ancien salaire et favorise leur retour à l’emploi. Ce système contributif repose sur la solidarité et la mutualisation des risques, tous secteurs d’activité et toutes professions confondus.

Pour bénéficier d'allocations, il faut avoir travaillé et donc cotisé suffisamment. Et le montant des allocations dépend toujours des derniers salaires.

Solidaire, l’Assurance chômage mutualise les risques de tous les secteurs et de toutes les catégories professionnelles. Avec les mêmes règles pour tous, à quelques exceptions près.

Par ailleurs, elle compense mieux la perte d’un bas salaire que d’un haut revenu. Ceux qui ne remplissent pas ou plus les conditions de l’Assurance chômage, peuvent toucher l’allocation de solidarité spécifique ou le RSA. Ces aides financées par l’État présentent des conditions d’accès distinctes de l’Assurance chômage.

1958

Les partenaires sociaux créent le régime d’assurance chômage, à l’invitation du Général de Gaulle

1959 à 1999

l’Assurance chômage s’étend aux différents secteurs

  • 1959 : Commerce et industrie
  • 1977 : Secteur agricole
  • 1980 : Gens de maison et assistantes maternelles
  • 1987 : Adhésion possible des collectivités et établissements publics administratifs pour leurs contractuels
  • 1999 : Adhésion possible des universités, grandes écoles et établissements publics scientifiques ou technologiques pour leurs contractuels

2008

L’ANPE et les Assedic fusionnent pour former Pôle emploi

2012

Les partenaires sociaux signent l’accord de modernisation du paritarisme de gestion