Analyses

Parcours de formation des bénéficiaires d'une remise à niveau

24 janvier 2023
Par
Unédic
L’Unédic a analysé les parcours des demandeurs d’emploi qui suivent un type particulier de formations, dites « de remise à niveau », dont l’objectif est de favoriser l’entrée dans un parcours de formation qui conduit au retour à l’emploi.

Certains demandeurs d’emploi ont besoin, avant de pouvoir s’inscrire dans un parcours de formation et de retour à l’emploi, d’acquérir ou de retrouver des compétences ou des techniques transversales à une large gamme de métiers. C’est à leur attention que sont proposées des formations de remise à niveau.

Ces formations ont vocation à être, dans le cadre du Plan d’investissement dans les compétences (PIC), la pierre angulaire du parcours de formation sans rupture pour les jeunes ou les demandeurs d’emploi les moins qualifiés. On compte plus de 100 000 formations de remise à niveau en 2021, ce qui représente 8 % de l’ensemble des entrées en formation.

Des formations plus courtes, aux contenus très variés

Les formations de remise à niveau sont variées dans leurs contenus par rapport aux autres types de formations. On y trouve, par exemple, des formations en langues, à la conduite de chariots automoteurs, à l’utilisation de logiciels bureautiques ou encore des formations en orientation et développement personnel. D’une durée plus courte que les formations certifiantes (221 heures en moyenne en 2021, contre 670 heures), les formations de remise à niveau bénéficient davantage à des demandeurs d’emploi plus âgés, moins diplômés, sans droit ouvert à l’Assurance chômage.

En 2020, une formation de remise à niveau sur deux donne lieu à une mise en parcours, majoritairement vers une formation du même type, moins fréquemment vers une formation certifiante. Par exemple, 60% des demandeurs d’emploi ayant suivi une remise à niveau en langues en 2020 ont, dans les 12 mois suivants, bénéficié d’une deuxième formation. Dans le cas où une seconde formation a lieu, le délai moyen pour y entrer est de 2,2 mois après la fin de la formation de remise à niveau.

Le profil du demandeur d’emploi, ainsi que les caractéristiques de la première formation, influencent la mise en parcours. Ainsi, les titulaires d’un CAP / BEP ou d’un baccalauréat, les licenciés économiques, les demandeurs d’emploi souhaitant travailler dans le secteur de la santé ou ceux ayant débuté leur remise à niveau durant le PIC suivent plus souvent une autre formation à la sortie de la remise à niveau. A l’inverse, les jeunes de moins de 25 ans ou les demandeurs d’emploi qui suivent une première formation courte ont une probabilité moindre de suivre une autre formation.

Pour aller plus loin : Profils et trajectoires des demandeurs d’emploi ayant suivi une formation

LA NEWSLETTER DE L’UNÉDIC

Restez informé de l’actualité de l’Assurance chômage et des analyses de l’Unédic.

LES ALERTES INFOS DE L’UNÉDIC

Recevez une alerte mail à chaque nouvelle information publiée par l’Unédic (actualité ou publication).